lundi 21 avril 2014

Premier dossard de l'année.... à domicile... Que du bonheur !

5 mois que j’attendais de remettre un dossard, long très lonnnnng ! Depuis le début de l’année je m’entraine pas trop mal, après quelques séances de vitesse sur tapis roulant, c’était surtout axé (déjà) sur l’endurance et sorties longues. De nombreuses sorties dans la neige sur les pistes de ski que je commençais à 200m de chez moi… Tout cela, déjà, en perspective du mois de septembre… en attendant, me voici de retour en Normandie pour le Caux Austreberthe Trail, le trail de mon club AC Barentin. Impossible de faire plus à domicile… je connais la moitié des coureurs, tous les bénévoles, les parcours presque par cœur que mon père et son acolyte cricri trace d’années en années avec de petites modifications pour pimenter toujours plus cette épreuve. 4 étapes sur 2 jours pour 44km en tout avec un contre la montre sur terrain de motocross… Le fractionné de l’ultra-trailer (à peine prétentieux de dire ça hihiiii) !!

Content de retrouver tout le monde sur le terrain le samedi matin à Villers Ecalles, les gens du club, les amis, la famille, des copains d’Auvergne que je retrouve perdu ici.. hihi !
Il est temps de s’échauffer pour affronter les 12,7 km au programme. Je chauffe un peu tout le monde évidemment, et qui plus est, j’ai le dossard number 1… favori ? euhhhhhhhhhhh no comment hahaha ! pur hasard ?? euhhhh double no comment !! pistonnage ??? non non non c’est mon père qui a fait les dossards, pas possible hihi ;)
Le départ est donné et je pars assez vite en étant toujours dans les 5 premiers au bout de 1 km, je voulais partir vite pour entrer dans la forêt pas trop mal placé pour aborder la descente caillouteuse. Objectif réussi mais ce n’était pas l’idée du siècle humhum !! Après une longue partie plate de 2 km, on commence la première montée en faux plat qui me coupe un peu les jambes.. puis hop on bascule dans le long faux plat descendant où je peux relancer. Après s’enchainera une succession de montées et descentes. Bon je me fais presque que doubler… superrrrrrrrrr !! mais vu comment je suis parti, forcement, gros nunuche !! J’arrive au ravito (tenu par mes 2 tatas). Je suis encore pas mal placé mais je continue de perdre des places, les potes s’échappent devant GRRRRRRRRRRR ! bon en même temps, c’est logique hein ! Je termine l’étape bien entamé déjà, faut le dire, sans accélérer… 1h01 pour les 12,7 km et la 27ème place au scratch/93. Pfiouuuu ça m’a ramoné les poumons mais surtout les muscles « vitesse ». 18ème au général mais ne vous emballez pas, on est que 55 au classement général après la première étape. Bon ok !
Le midi, un repas est organisé pour les coureurs qui le souhaitent, on discute, on rigole, belle ambiance, on retrouve les copains, amis et famille. C’est pas le tout mais il va falloir repartir à 16h pour la 2ème étape à Goupillières de  14,1 km.

Difficile de faire plus à domicile que cette étape… mes parents habitent à 500m du départ et on fait le tour du village dans les forêts. Je pars confiant. Je pars correctement dans le premier tiers du peloton dans le faux plat montant sur la route avant de basculer dans la forêt. Bon je suis assez vite limite et dès la première montée, c’est pas le top. Je veux essayer de limiter la casse, la première partie est assez « roulante », tout ce que je n’aime pas… bon les montées non plus en fait où il faut courir, pfiouuuu qu’est ce que je suis lourdo !! Il n’y a que dans les descentes où je peux dérouler et combler du retard, enfin plutôt limiter la casse !! Mon allure diminue de kilomètre en kilomètre, et bientôt les appels de crampes sont là… si siiiiiiiiii !! La loose de merde ! Bon ça reste des « appels » donc ça passe mais je ralentis encore, histoire de ne pas être à l’arrêt. Passage très ludique sous un petit tunnel où beaucoup de spectateurs étaient avec de la musique… mais je ne suis pas au top.. les appels de crampes sont de plus en plus « pressantes » et ça sent le moisi ! je marche doucement dans les montées, cours à peine à 7km/h sur le plat mais les descentes toujours pas trop mal… bon et puis très vite dès le 11ème kilomètre, ça devient presque impossible de courir et me voilà obligé de marcher même sur le plat… la tristesse absolue !! Je perds un temps de fou… vive la première étape faite bien trop vite… crampes aux mollets, ischio et adducteur histoire d’harmoniser toussa. J’arrive en courant pour faire bonne figure mais ça tire !! 1h20 toupile pour les 14,1 km… 41ème/80 et je passe 23ème au général, bien loin des coureurs du matin, c'est-à-dire une dizaine de minutes dans la tronche… Je commence à me résigner pour la gagne hahaha. Hihi pas de raison de perdre le sourire, au contraire !! et si je refaisais mon retard ?? (oui là je rigolais les gars si vous en doutiez hein !!).

Je dors pas trop mal mais sans plus, et le matin les jambes sont des bouts de bois tout simplement… et ben dis donc, ils sont loin les 330 km de septembre !! Le dimanche matin, c’est le contre-la-montre, il pleut pour la première fois depuis plusieurs semaines… magnifique !! mais pas trop froid donc ça passe. Je m’échauffe, enfin c’est plutôt du dérouillage que de l’échauffement. Il va falloir être bien chaud pour affronter les 4,7 km du clm. Les départs sont espacés d’1 minute. Devant moi, ni plus ni moins que Florian, mon compagnon d’une nuit perdue en montagne l’été dernier, et qui courre en boxer à glace ayant oublié ……… son short !!! Incroyable !!
Je me dis que je vais gérer ce contre-la-montre pour ne pas être trop à la ramasse l’après midi. Je pars tranquillement pour 800m de plat avant la première côte assez longue. Je vois que je reviens assez vite sur Florian, à peine le temps de relancer qu’on doit descendre pour remonter un coup de cul où je marche pour gérer. Je lâche un peu dans la descente puis il est temps de commencer le parcours de motocross…  2 premières bosses nickel avant de longer le terrain à plat à slalomer entre les trous et les bouses de vache!!! et hop j’attaque l’enchaînement des bosses.. je suis tout près de Florian. Quasiment tous les coureurs descendront en se tenant aux cordes, moi je décide de dévaler tout droit sans corde à mes risques et péril mais ça passe bien, du coup c’est dans les descentes où je reviens sur Flo, mais dans les montées, obligé de prendre les cordes. Une, deux, trois, quatre fois montées descentes, pfiouuuuuuuu ça vide !! allez c’est le retour vers l’arrivée en passant dans une ferme et ses magnifiques ordeuuuuuuuuuurs !! Je termine content, en ayant géré dans un temps correct pour la forme du weekend : 23ème temps sur 63 en un peu plus de 25min pour 4,7 km et 140m positif ! wouhouuuuu ! me voici 22ème du général (juste parce qu’il y a eu un abandon !!).
Dur dur les jambes, les ischios tirent de fouuuu !! Petit repas le midi sympa, avant de se retrouver à Pavilly pour la dernière étape. Il ne pleut plus, le soleil est même de retour, il fait bon, la musique, tout le monde est de bonne humeur malgré les jambes qui commencent à fléchir tout doucement pour tous. Je fais un petit tour avec mon filleul qui fait la course jeune, ça me chauffe un peu. Je continue tranquillement l’échauffement, c’est duuuuuuuuur ! Objectif du départ : faire ce que je peux pour limiter la casse sur Florian, juste derrière moi au général haha !! Je pars milieu de peloton en compagnie de Florian et Hélène, la première féminine, juste devant moi au classement général. En montée, je traine ma caravane et son frein à main visiblement, donc ils me prennent vite des mètres, mais je reviens dans les descentes.. puis bon un moment, ils prennent trop d’avance et je ne les vois plus. Gros coup de mou dans le milieu, j’étais déjà pas bien dans le « moins coup de mou » que là je suis presque de nouveau à l’arrêt. Je sens que les crampes ne sont pas loin donc je m’économise.. enfin drôle de mot que « s’économiser ». Brefff, mon cousin Ludo me rattrape et me double. Je me force à le garder en point de mire pour éviter trop de « chambrage » à l’arrivée hihi ! La fin est en descente, donc  je garde espoir. Je suis un poil mieux sur la fin, et je finis par le doubler dans l’avant dernière descente. Je maintien sur le plat / faux-plat montant, avant un nouveau passage à corde. En haut, je suis littéralement ratatiné, mais je dois continuer, il reste moins d’1km. On continue de monter quelques broutilles puis hop descente jusqu’à l’arrivée. J’y vais, grandes enjambées et termine en presque 1h09 les 12 km. 42ème/78 au scratch… et je garde ma 22ème place au général pour 21 petites secondes sur Florian !
3h55 pour 44km et 1200m positif sur le weekend… et bien 12 fois plus de courbatures qu’après les 100km de la CCC hihi ! un bon entraînement !

Ce fut bien plus dur que ce que j’aurais pensé… départ beaucoup trop rapide sur la première étape où je l’ai payé sur les 3 autres étapes. Mais c’était à prévoir vu l’entraînement à basse allure que j’avais. Peu importe le temps, le classement, l’essentiel était ailleurs et heureusement !! Je prendrais ma revanche l’an prochain les gars !!!!!! hihi

Formidable aventure que ce weekend trail, nature, amis, famille, à domicile, l’ACB, les encouragements des uns et des autres, magnifique !! Le weekend se termine sur un quad en forêt à débaliser comme le vendredi d’avant était pour baliser une partie du parcours !

Merci à toussssssssssss !

Prochaine étape…. Dans 3 semaines… Aux canaries… ile La Palma… manche de coupe du monde de skyrunning (trail)… 80km et 4000m positif… En route vers le Tor des Géants, ses 330km et 24000m de dénivelé positif dans moins de 5 mois !!


Oyé oyé

1 commentaire:

  1. C'était dur. Mais en même temps tu n'es pas habitué à gérer la pression du dossard N°1.
    Cela ne t’arrive pas souvent hihihiiiiiii.
    Famille ANGOT

    RépondreSupprimer