jeudi 22 août 2013

Des pyrénées au KV de Manigod, et surtout en passant par une nuit très spéciale



Mes vacances mi aout étaient donc réservées pour une rando itinérante dans les pyrénées avec notre groupe de "jeunes" (entre 22 et 29 ans), au nombre de 12 forces en présence. C'est le lundi 12 aout que nous partons pour une boucle de 8 jours de refuges en refuges pour faire le Tour du Mont Perdu avec départ et arrivée au magnifique cirque de Gavarnie. 

La première étape est cool, à peine 3h, juste histoire de se percher en montagne et quitter le chemin très touristique du cirque de Gavarnie !! On évite l'orage de quelques minutes seulement, oufffff heureusement que nous ne sommes pas en tente ! 

La 2ème étape s'annonce plus corsé sur le papier avec 2 ascensions de col. Tout se passe bien dans la première, ainsi que la descente, l'ambiance est au beau fixe, au top !! En bas, on sépare le groupe en 2 entre ceux qui vont faire un détour par un lac pour manger, et les autres qui file directement dans la 2ème montée. Je fais partie du premier groupe, et le lac est vraiment sympa, on mange sous un beau soleil. On repart donc sur les mêmes traces pour revenir sur le parcours. On check la carte, et on commence le chemin..... qui n'est pas vraiment marqué. Bon pas grave, on tire tout droit dans la pente herbeuse qui est bien raide !! On serpente entre les petits torrents, les rochers et l'herbe, il fait toujours soleil. On regarde plusieurs fois la carte car nous ne voyons pas le chemin, alors que nous sommes bien par rapport à la carte. A l'approche du sommet, nous sommes face à un bon mur ! presquebarrièrerocheuse dans le nous n'apercevons pas de chemin apparent. Bon pas grave, moi et Flo décidons d'essayer de monter pour voir pendant que les 4 autres attendent en bas. C'est plus impressionnant en bas que dans le mur rocheux. Et nous montons tranquillement, c'est raide, mi escalade mi rando mais ça passe. Puisque nous sommes partis, autant continuer jusqu'en haut pour voir puisque d'après la carte, c'est bien par ici !!! En haut, nous voyons que de l'autre côté, c'est herbeux et que ça semble bien descendre et qu'on voit la route qu'il faut rejoindre pour aller au refuge. On fait pwet pwet aux autres mais ils ne veulent pas nous suivre et partent dans une autre direction.... nous sommes que nous 2 et après quelques pauses photos en haut de cette brèche de Mounherran, nous décidons de continuer notre chemin de l'autre côté.

La première partie va bien, ca descend tranquillement dans l'herbe, puis ça se raidit assez vite. Mais biensur toujours aucun chemin visible. On navigue à vue et on se retrouve à descendre des endroits vraiment pentus mais sans gros risque. Premier échec : nous arrivons en haut d'une barre rocheuse. Pas possible de la franchir, nous décidons donc de remonter. 

Bifurcation sur la droite, et ça descend toujours très pentus, nous allons plus bas mais nous voici à nouveau devant une autre barre rocheuse..... décidement !!! Bon allez on remonte pour essayer de la contourner. Yihouuuu, ça passe, on la contourne mais..... autre barre rocheuse en dessous.... humhum !!! Bon on regarde plusieurs fois la carte, et peut être qu'il faut traverser les 2 minis torrents en fait. On descend, ça passe pas, on remonte pour passer en latéral..... bon là ça fait plus de 2h qu'on galère pour avoir seulement descendu à peine 200m négatif !!! c'est long, ça me soul mais on est encore confiant. On part en latéral pour essayer de traverser les torrents pour longer le flanc de montagne à droite et ainsi éviter toutes les barres rocheuses… on y arrive péniblement puis hop on longe … sauf que bah ça descend bien raide mais ça passe dans le pierrier. Finalement on se retrouve au dessus d’une barre rocheuse…. Putain de merde. On essaye de contourner comme les autres, on essaye d’être prudent et de ne pas prendre trop de risques !!! le temps tourne et ……………… le brouillard monte !!! pfiouuuuu

On voit la route pas très loin mais tellement loin à la fois, avec toujours l’inconnu de savoir ce qu’on va trouver plus bas…. On passe un passage délicat sans encombre… c’est la même chose à chaque fois : on croit qu’enfin ça va finir mais nonnnn, toujours les barres rocheuses partout autour ! le brouillard nous submerge, mais un brouillard à couper au couteau et à ne pas y avoir à plus de 10m, vraiment !!! et encore ! Il est 18h30, on ne sait pas ce qu’il nous reste à faire. Barres rocheuses à droite, à gauche, en bas, en haut… Impossible d’avancer et de remonter !! J’émets l’idée de touuuuuuuuuuuut remonter pour rebasculer de l’autre côté !! idée qui ne dure que 13 secondes : on a mis 4h pour faire 400m négatif, on ne sait pas où on est, on ne voit rien, on ne retrouvera jamais notre chemin !!! Les jambes commencent à trembler de fatigue. STOOOOOP on décide de rester là et d’attendre…. Dans un premier temps le levé du brouillard sans conviction. Ca ne bouge pas d’un poil, l’idée fait sa place : on va passer la nuit ici. On s’équipe avec tous nos vêtements (survet, surpantalon, manche longue, polaire, kway et poncho, bonnet et capuche). Petit détail : AUCUN réseau évidemment, que ce soit en montagne ou au refuge d’ailleurs. AUCUNE nouvelle des autres, sont-ils arrivés au refuge ? Et impossible de prévenir qui que ce soit !!! Il n’y a plus qu’à attendre !! la nuit tombe petit à petit, avec le brouillard, un petit crachin tombe mais il n’y a pas de vent. Nous sommes à 2200m d’altitude sur un lit de 2m de large pour 4-5m de long. On se donne quelques règles : on s’appelle régulièrement pour ne pas s’endormir, et on surveille l’horizon au cas où…
L’humeur n’est pas à la parole, c’est très bizarreeeeee d’être là ! jamais je n’y aurais pensé…
Position que l’on gardera toute la nuit : assis, adossé au rocher et tête dans le poncho pour souffler de l’air chaud. Je n’ai pas froid, cava ! 

On mange des « crottes de fromage » (=curly top budget) assez déguelasse mais qui passent avec des barres céréales et quelques gorgées d’eau

Vers 23h, alors que j’ai la tête dans le poncho, Flo me dit : « je crois que j’ai vu un éclair » humhum, en effet ! 2-3 éclair mais sans bruit. Il ne manquait plus que ça tient !!!! Puis un coup de tonnerre…. Mais qui semble loin ! Je ne veux pas voir ça et je reste la tête dans le poncho pour ne pas voir les éclairs hihihi ! Bon et en fait c’est resté très lointain… ouffff !

La nuit passe assez vite, on discute de temps en temps, on essaye de deviner l’heure et on est toujours en retard donc c’est cool. Vers 23h30 on aperçoit comme une frontale en bas qui semble venir du refuge…. Wouhouuuuuuu ! on répond avec la frontale ! Et nous voilà un peu rassurer… il s’avèrera que ça n’était pas eux….. 

On aperçoit de temps en temps les étoiles, puis les nuages, puis les étoiles, ça bouge très vite… puis vers 5h30, frontale qui s’allume en bas…. On répond !! et là, la frontale nous répondait de différente manière, on savait que ça ne pouvait être qu’eux…. Puis j’affute ma voix pour faire mes wouhouuuuuuuuuuuuuuuuu bien portant, et on nous répondait…. Quel soulagement !!! On espérait qu’ils appellent les secours… 

Le jour se lève, et nous avons un magnifique levé de soleil au-dessus des nuages. Le refuge est dans la purée de pois mais nous nous sommes sous le soleil bleu, ça réconforte un peu. On arrive à discuter de loin avec Tibo. Je lance des HELICOOOOOOOOOOOOOOOO et il nous répond que ça va venir, ils attendent que le brouillard se lève. L’humeur revient, on se met à faire quelques parties de cartes, on joue à la pétanque avec des cailloux, on commence à se faire une cabane avec des pierres, on marque quelques trucs sur la paroi. On finit les crottes de fromage déguelasse (vive le petit dej). Le temps passe mais le brouillard persiste. Il y a quelques petites fenêtres où l’on aperçoit le refuge et la route… en effet nous ne sommes vraiment pas loin de la prairie qui nous mènera à la route. Mais entre 2, il y a 2 petits creux à passer que nous ne voulons pas faire. 

Finalement, les secours arriveront en marchant entre 11h et 12h, je ne sais plus trop… Après quelques remontrances et leçon de moral logique, ils nous sortent tranquillement de là encordé, et en fait ce n’était pas si compliqué que ça !!!! 
 
La nuit est passée assez vite, je n’ai pas eu spécialement froid. 

La leçon est tirée ! 

EXPERIENCE INOUBLIABLE

La finalité est que la carte que nous suivions était fausse et le chemin n’existait plus….. ! merci !!!

Après-midi de reprenage d’esprit, balade tranquille. Nous sommes 4, pendant que les autres sont partis pour continuer la rando. Nous ferons une double étape le lendemain pour les retrouver. Soulagement général !
La rando reprend son court…
Au final, entre rando, quelques allers-retours supplémentaires, une montée au pic du midi (depuis le Tourmalet) après la rando, en 9 jours, j’ai fait 160 km et 8600m de dénivelé positif, la plupart avec le sac de rando de 10kg. 

Objectif préparation finale pour la CCC réussit, au top !!! 


Retour ce mercredi 21 aout, et kilomètre vertical de Manigod après 9h30 de route ! Et oui, c’est la dernière manche, en semi nocturne, obligé de faire ! Les 2 manches que j’avais faites étaient raccourcit pour mauvais temps, et bien là, grand soleil, on va enfin monter en haut !! yihouuuuu
Je pars tranquillement, je gère, je passe un peu en avance par rapport au dernier au bout de 14 minutes. Je gère toujours mon effort sans vraiment forcer pour en garder pour la fin, mais je suis quand même toujours en avance de quelques secondes au 600m + par rapport au temps 2 semaines auparavant alors que l’on s’arrêtait ici. La dernière partie est géré aussi, je n’ai pas envie et je n’arrive toujours pas à me faire vraiment mal dans ce type d’effort !! Au final, je bats tout de même mon record de plus d’une minute avec 52’09 !! (ancien 53’45) Et pourtant je n’ai pas l’impression de m’être vraiment donné… est-ce bon signe ??

Place au repos, J-8 avant la CCC – 100km et 6100m positif ! 

OYE OYE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire